Orgères
 Découvrir ORGÈRES 

- Patrimoine & Histoire -

  Historique

Pays où l'on cultive l'orge, disent certains, ou encore pays qui contient de l'or, disent d'autres, peu importe, le trésor d'Orgères est déjà, comme l'écrivait en 1882, un poète local, dans "le charme de sa campagne paisible et reposante", ce qui est fort appréciable en notre temps.

La paroisse semble remonter au XIème siècle. L'église a été construite au XVème et XVIIIème siècles, sauf la tour (1844). On rapporte que les carrières d'Orgères ont fourni des matériaux pour les fortifications de Rennes au XVème siècle.

Voici ce qu'on trouve dans le Pouillé Historique de Rennes au mot ORGERES : "ORGIARIAE (1148 – ORGERIA (1181) – DE ORGERIIS (1516).                   
                                                            
                                                                        
Moulin de la Chicane                      
                                                             

Le Saint-Patron de la paroisse est Martin. Au pays de Bretagne, les fidèles que Martin avait convertis, formèrent une pieuse colonie à l'extrémité des landes d'Orgères, la place où se dressait la cellule de Saint-Martin est aujourd'hui un hameau nommé "l'Hermitière", un oasis de verdure, dans lequel les arbres cachent les maisons.
Parmi les hommes célèbres de la Commune figure le curé Vanneau, député des États Généraux en 1789.


                                       
                               
Ancienne Ecole                                                    Ancienne Route de la gare
                                                  

Le Château d'Orgères, à 600 m au Nord Ouest du bourg et à l'Ouest de la route, comprenait au XVIIIème siècle une vaste construction avec un dôme central et deux pavillons, mais il a été en partie incendié au début du XIXème siècle et se compose aujourd'hui de deux bâtiments accolés d'inégale hauteur. Le moins haut est ce qui reste de l'ancien château.

La seigneurie d'Orgères fut érigée en châtellerie en 1640 et en baronnie en 1664 et 1774. Elle relevait originairement de la seigneurie de Bourgbarré, puis directement du roi depuis 1640. La tradition conserve le souvenir d'un combat livré entre les républicains et des chouans à la cour d'Orgères, près du château.

De nombreuses demeures conservent des souvenirs historiques comme l'ancien manoir de Serrière qui relevait de la seigneurie de Châteauloger en Saint-Erblon.

L'ancienne maison de Vezin, route de Bourgbarré.

Le manoir du Noyer (en partie démoli en 1806), il en reste une petite fenêtre à bancs et une cheminée dont le linteau de bois est sculpté d'un écusson en pointe.
L'ancien manoir de l'Ourme ; l'ancien manoir du Châtenay ; l'ancienne maison de la Guibertière ; l'ancien manoir du Plessis.

L'ancien manoir de Bouharé. Il a été restauré au XVIIIème siècle et conserve une tourelle ronde. On prétend qu'il y a eu à Bouharé une colonie romaine.

L'ancienne chapelle de l'Hermitière, elle était encore desservie au XVIIIème siècle. On conserve sa cloche dans le village de l'Hermitière et on la sonne quand un des habitants vient à mourir.

                                                       
                                                                     Ancienne route de Laillé


Le hameau de la Douve, à l'Est de celui-ci se trouve un talus circulaire appelé le château,
entouré d'une douve de 3 mètres de largeur constamment remplie d'eau.


>> Le Patrimoine d'Orgères vous intéresse, rejoignez l'association Ti'Pat...